Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La gravure sur lino comme illustration. N°19 | Page d'accueil | Maquettes de couvertures de livres. N°22 »

lundi, 25 mai 2009

Animaux dessinés d'après nature. N°20

572293088.jpg

   La nature est un champ d'observation prodigieux pour qui sait regarder et observer avec un peu d'attention ce qui se présente au regard. Les animaux, malgré leur mobilité et leur peu d'aptitude à accepter de prendre la pose, sont un sujet tout à fait sympathique pour qui veut exercer son talent de dessinateur soucieux de travailler sur le vif. En ce qui me concerne, et bien que je ne me soit pas spécialisé comme artiste animalier, j'ai éprouvé beaucoup de plaisir à m'essayer dans cette discipline à la ferme d'un oncle, agriculteur près de Vernon, au jardin des plantes et tout simplement chez mes parents où il y avaient des chats.

   Avec un carnet de croquis et un crayon un bon dessinateur se doit d'essayer de reproduire tout ce qui peut attirer sa curiosité. Lorsqu'il s'agit d'objets statiques, il aura tout son temps pour faire sa construction et de revenir en arrière en s'aidant de la gomme ou de la règle. Face aux animaux, c'est autre chose car, le croquis une fois commencé, l'animal n'ayant aucune obligation envers vous se met à bouger et votre dessin en restera là. Il faut donc s'armer de patience et choisir un moment où celui-ci se sent détendu et semble oublier votre présence. Cela explique pourquoi leurs mouvements sont difficiles à capter. Le meilleur exemple est celui du cheval au galop dont les positions des pattes n'ont jamais pu être décelés par un oeil humain avant l'invention du fusil à images de Murbridge à la fin du XIXème siècle, alors que le cheval  faisait partie de la vie de chacun, comme aujourd'hui, l'automobile.

   L'avantage, dans les zoos, c'est de mettre les animaux sauvages dans une position de prostation quasi permanente, souvent due aussi à la digestion. Il est alors relativement facile de les croquer dans des situations qui leur sont familières avec un réalisme qui ne s'invente pas, pour les fauves comme pour les oiseaux. Les singes eux, sont plus actifs et s'occupent le plus souvent de leurs affaires de famille sans se préoccuper de ce qui se passe derrière leurs barreaux. C'est une certaine forme de liberté reconquise.

   J'incite tous les amoureux des animaux et de la nature en général de les observer dans le détail et de chercher à les fixer sur le papier au crayon, au pastel dans l'insaisissable de leur vie quotidienne.

   Vous pouvez feuilleter mes croquis pris sur le vif dans l'album ci-dessous :

   Bien cordialement à tous ceux qui me lisent et regardent mes œuvres.

                                           Alain de JENLIS